AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 

 Une simple musique peut-elle conduire à un coup de foudre ? [Privé : Amy]

avatar
Len Katsuo


Messages : 23
Masculin Année d'étude : Seconde IRL / 7eme année ici
Date d'inscription : 29/08/2010
ÂGE : 23
Topics : ON
I'M : un musicien délicieux...


+
Relations:
MessageSujet: Une simple musique peut-elle conduire à un coup de foudre ? [Privé : Amy]   Dim 5 Sep - 13:04


    J'étais arrivé la veille, conduit par mon père jusqu'à l'internat. Je n'avais pas besoin de lui, mais il tenait à tout prix me faire ses "au revoir", qui ressemblaient plus à des adieux qu'autre chose. Je le trouvais vraiment pathétique, mais on n'y pouvait rien. On peut choisir ses amis, pas sa famille. Mes bagages n'étaient constitués que d'une petite valise, un sac avec des cours mais aussi mon ordi et mon Ipod... Ah, mon Ipod... Mon bijou, le seul objet auquel je tienne vraiment, avec ma guitare, et mon piano. Que ferait mon père, dès que je serais parti, de mon luxueux piano à queue ? Je n'en savais rien. J'avais eu du mal à le convaincre de l'acheter, alors le convaincre de le garder... Mais bon, comme je ne comptais pas retourner chez moi très souvent, ce n'était pas vraiment important, même si il avait une valeur sentimentale à mes yeux. J'avais aussi ma housse de guitare sur le dos. Si je ne pouvais pas jouer du piano, la guitare et le chant étaient les seuls moyens de me garder "vivant", selon mes propres critères.
    Je ne m'étais pas attardé dans la cour pour voir si quelqu'un m'y attendrait. Je m'étais dépéché d'aller dans le couloir des dortoirs, j'avais posé mes affaires sur un lit innocupé, et j'étais resté là, à écouter de la musique. Un mélange de rock avec Good Charlotte, et de classique avec Mozart. C'était étrange d'affronter ces deux genres, mais j'aimais les deux, alors j'écoutais les deux. Je n'avais même pas entendu d'autres personnes rentrer dans notre dortoir, puisque je m'étais endormi. Le lendemain matin, j'eus donc la bonne surprise de trouver environ dix personnes allongés sur des lits. Je me dépêchais de m'habiller, n'ayant qu'une envie : jouer de la musique. C'était une pulsion qui me pousserait à faire n'importe quoi, que je ne pouvais pas contrôler. Elle était dure à gérer, puisqu'elle m'arrivait trop souvent. J'avais même, parfois, l'impression de mourrir lorsque je ne jouais pas.

    Je m'étais rapidement mis un tee-shirt vert, sur un simple jean. J'avais enfilé ma veste habituelle, qui ne me quttait presque jamais désormais. J'adorais cette tenue, qui me tenait vraiment à coeur. J'avais même glissé mon Ipod dans ma poche, et mis mon gros casque sur mon cou. C'était le petit accessoire qui donnait du style à mes yeux. J'avais aussi attaché ma chaîne, que j'avais longtemps contemplé, le regard dans le vide. Cela m'arrivait assez souvent, même si je ne le faisais pas exprès. Je me souviens que mon père détestait totalement quand j'étais comme ça, et qu'il me criait toujours dessus pour cette raison. J'avais pris des converses vert pomme. Pourquoi celles-là ? Bonne question. Je n'en ai strictement aucune idée. J'avais juste pris celles-là. J'avais attrapé rapidement ma guitare, en faisant bien intention de ne pas la cogner contre quelque chose, et m'étais enfui dans le couloir.

    J'avais cherché la salle de musique, et je ne l'avais trouvé qu'après... trente minutes. Oui, l'internat était grand, et je n'avais même pas trouvé l'étage des salles de classe. J'avais poussé la porte, qui n'était pas verrouillée, et m'était retrouvée dans une charmante pièce, avec un piano, et un micro. Je posa ma guitare contre le mur, et m'élança vers le piano. Ce n'était pas un piano comme chez moi, il était électrique celui-ci. Mais néanmoins, il était magnifique. Mes doigts effleurèrent les touches, lentement. Je commençai à jouer une petite mélodie, rapide mais douce. Je m'assis sur le siège qui était posé devant, posa les deux mains sur le piano, et commença à jouer une mélodie rapide et rythmée, qui n'était pas des plus faciles. Je jubilais, j'étais ravi. J'étais dans mon monde dans cette pièce. Mes pensées partirent dans toutes les directions, en pensant à la jeune fille sublime que j'avais vu dans les couloirs, et pour qui j'avais eu le coup de foudre... Je repensais aux bons moments de ma vie, comme à chaque fois, jusqu'à que mes doigts s'immobilisent : le morceau était terminé. Je commença alors "La lettre à Elise", mélodie connue par énormément de gens, musique douce et magnifique qui pouvait plonger n'importe qui dans un autre monde. C'était le premier morceau que j'avais appris à jouer réellement. Et j'en étais tombé littéralement amoureux.

    Je m'immobilisa net lorsque j'entendis la porte de la salle s'ouvrir puis se refermer... On venait de me déranger pendant que je jouais, et je n'aimais pas ça du tout...
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat RPG :: Salle de musique-