AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 

 Un mauvais choix ? [PV April H. Rosenwald]

avatar
Fabian Melinski


Messages : 184
Masculin Année d'étude : Prof.
Date d'inscription : 03/05/2009
ÂGE : 22
Topics : ON


+
Relations:
MessageSujet: Un mauvais choix ? [PV April H. Rosenwald]   Dim 5 Sep - 12:30

La sonnerie de 10heures venait juste de retentir à travers tous les bâtiments de l'établissement ; Fabian avait à peine finit sa dernière phrase que les "huitième année", réputés davantage pour leur turbulence que pour leurs résultats, étaient déjà sorti de la petite salle de classe. Comme d'habitude, les trois quart de la classe avaient passé le cours à se chamailler puérilement, et le professeur dû ramasser les débris de stylos, les feuilles de cours déchirées et les cartouches d'encre explosées pour éviter de faire cours à la classe suivante dans une déchèterie. Même s'il n'avait pas cours l'heure suivante, il prenait une classe de 11 heures à midi et poursuivait ses cours l'après-midi.

À la fin de la pause, il se dirigea vers la bibliothèque qui étaient bien le seul endroit suffisamment calme pour corriger des copies et préparer ses cours. En effet, la salle des profs était souvent le théâtre de conflits entre collègues et Fabian étouffait dans son petit appartement de fonction. La bibliothécaire savait qu'il venait régulièrement, et cela ne la dérangeait visiblement pas. Il la salua en entrant dans la bibliothèque, et se dirigea vers le fond de la pièce, là où étaient disposés les tables de travail et les ordinateurs. D'ordinaire, c'était un lieu déserté par les élèves, mais le professeur d'histoire constata avec étonnement qu'un de ses collègue avait décidé d'y emmener une classe ; il ne restait donc qu'une seule table de libre, il s'y assit. À sa venue, des chuchotements se propagèrent, les élèves profitant d'un moment d'inattention de la part de leur prof ; Fabian jeta un regard désolé à son collègue.

Il sortit de son sac son schéma de progression annuelle, sa trousse et son propre ordinateur portable, et se lança dans la confection de sa prochaine séquence pour les "première année". Il travaillait actuellement sur l'Antiquité avec cette classe. Il aimait beaucoup cette période mais avait parfois un peu de mal à faire comprendre certains détails à des élèves aussi jeunes ; mais étant le seul professeur d'histoire de l'établissement, il n'avait pas d'autre choix que d'enseigner à tous les niveaux. Il chercha son classeur de cours correspondant à cette classe, et retrouva son chapitre là où il l'avait laissé. Les élèves avaient déjà noté l'introduction sur la "période Ko-fun" qui va de l'an 250 à l'an 538 après J.-C. ; et lui avait déjà en plus élaboré la première partie du chapitre, il lui restait encore à travaillé sur la "période Asuka" qui allait de 538 à 710 après J.-C. pour clore la séquence.

Il cherchait depuis une bonne dizaine de minutes comment reformuler sa phrase d'introduction à la "période Asuka" quand l'entrée d'une élève lui fit lever la tête de ses recherches. C'était une élève qu'il avait en septième année, mais dont il avait un peu de mal à retenir le prénom... Ce devait être quelque chose comme April... Cette étudiante lui semblait assez étrange, mais il n'avait pas cherché à creuser davantage de ce côté là, ni même d'obtenir quelques renseignements de la part de l'administration. Elle n'était ici équipée que d'un cahier et d'une trousse, les élèves devant laisser leurs sacs à l'entrée de la bibliothèque. L'autre professeur lui signala qu'il n'y avait plus de place libre, sinon celle en face de Fabian. Ce dernier ne voyait pas d'inconvénient à ce que l'élève s'assoit en face de lui si elle savait se tenir tranquille, comme elle le faisait en cours. En effet, en histoire en tout cas, ce n'était pas une jeune fille très bavarde, surtout quand il s'agissait de parler à son professeur...

Elle s'y assit, silencieusement, et commença à griffonner quelque chose sur son cahier, puis Fabian n'y prêta plus grande attention, et se plongea à nouveau dans ses préparations de cours. Le professeur d'histoire réussit à écrire encore deux paragraphes avant la sonnerie ; il ne lui manquait plus que la conclusion de la partie sur la "période Asuka", et la conclusion générale du chapitre. Il rangea ses affaires et remarqua qu'April, qui venait juste de partir, avait oublié son cahier sur la table. Il le prit, et ne pu résister à la tentation de l'ouvrir, à une page au hasard. Il garda la cahier ; s'il ne la voyait pas à la sortie de la bibliothèque, il pourrait le lui rendre en cours.

Par chance, quand il arriva à proximité de la sortie de la pièce, elle s'apprêtait à sortir. Il lui tendit son cahier, lui signalant qu'elle l'avait oublié sur la table.

— Tu écris bien, pour ton âge,
ajouta-t-il.

Il ne savait pas comment elle allait réagir, et en avait un peu peur, à vrai dire. Ces mots avaient échappé à Fabian, et il regrettait un peu de ne pas avoir fait comme si de rien était, comme s'il n'avait pas lu le cahier, car les écrits qui s'y trouvaient semblait tout de même très personnels...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un mauvais choix ? [PV April H. Rosenwald]   Dim 5 Sep - 17:14

Ce matin, April s'était réveillée tôt. Aussi tôt que la veille, aussi tôt qu'avant-hier et qu'avant, qu'avant-hier... Autant dire que ses nuits étaient très courtes, ses heures de sommeils y compris. À cinq heures du matin, ses yeux s'ouvraient systématiquement à cet heure-ci. Ne lui demandez pas pourquoi, elle ne le savait pas elle-même. Lorgnant les autres lits, elle savait bien que ses colocataires étaient tous endormis. Parmi eux, certains ronflaient d'ailleurs. Tentant de ne faire aucun bruit susceptible de troubler le sommeil de ses camarades, la jeune fille se leva lentement, puis s'assit sur le bord de son lit. Sans bouger, elle fixa ses jambes. Elles tremblaient. Soupirant de frustration, elle commença à se masser doucement les mollets jusqu'aux genoux puis termina son geste en haut des cuisses. Depuis son accident, ses jambes chancelaient assez souvent. Elle avait essayé de le cacher à Akira, mais il avait fini par le découvrir, l'avait réprimandé et l'avait emmené à l'infirmerie. L'infirmière lui avait passé une béquille au cas où et avait constaté que ses jambes n'avait rien d'anormales, mais qu'il faudrait peut-être faire une échographie à l'hôpital juste pour s'assurer qu'il n'y avait vraiment rien. April avait refusé. Elle ne voulait plus y retourner. Pas après avoir passé toute une année dans un hôpital dans le coma. Elle évitait d'y passer et ne s'en cachait pas.

Achevant son massage par un étirement, April s'attacha les cheveux et posa son regard sur la table de chevet où se trouvait son fameux cahier rouge cramoisi qu'elle aimait tant. C'était un cadeau de ses parents juste avant son départ avec Akira au Japon. Ils le lui avaient offert pour qu'elle puisse y consigner tout ce qui lui passait par la tête. Elle qui aimait écrire, ses parents étaient certains qu'elle retrouvera la passion de l'écriture. April ne s'en faisait pas elle-même, car dès qu'elle eut le manuscrit qu'elle avait écrit avant son accident entre les mains, elle sut tout de suite qu'elle réécrirait prochainement et qu'écrire était quelque chose de vitale pour la jeune fille. Oui, elle tenait beaucoup à garder son amour pour l'écriture. April le prit et le feuilleta rapidement puis s'arrêta à une page où elle avait commencé à tracer plusieurs colonnes. Chaque colonne renvoyait à un prénom en particulier et en dessous, il y avait toutes sortes de petites notes qui caractérisaient la personne. Âge, profession, origines, ce qu'elle aime, n'aime pas, traits particuliers... Leurs profils quoi. La mémoire d'April était assez instable depuis cet incident en moto et son amnésie n'arrangeait rien les choses. Elle s'était forcée à retranscrire tout ce dont elle se souvenait pour ne pas perdre la tête. Personne d'ailleurs ne savait pour son amnésie dans l'internat à part Akira. Elle n'en parlait pas. De toute façon, elle n'avait pas rencontré et discuté avec beaucoup de monde à son arrivée. Akira la poussait à aller vers les gens, mais April ne réagissait pas trop à ses supplications. Elle n'était pas prête.

Prenant un crayon noir dans le tiroir de sa table de chevet, elle entama un premier début de paragraphe sur sa prochaine histoire originale et écrivit quelques notes sur la marge et en bas de page. April y passa toute l'heure à réfléchir sur les personnages. Puis, elle vit quelques rayons de soleil filtrer à travers les volets à demi-fermés. Elle regarda son réveil. C'était bientôt l'heure de se réveiller pour tout le monde. Elle déposa alors son cahier sur son lit et se leva avec précaution pour se diriger vers la salle d'eau se refaire une toilette. Prête avant les autres, elle fit son lit, puis sortit en prenant au passage son sac et son cahier. La matinée était encore fraîche, mais un ciel clair sans nuage illuminait sa journée. April arrivait comme d'habitude à l'avance et s'assit en classe prête à étudier. La première heure, elle avait les mathématiques. April était une bonne élève et avait découvert qu'elle était assez forte dans les matières scientifiques. Elle prit note de l'écrire dans son cahier à souvenirs. La deuxième heure, c'était de l'anglais, là bien sûr, elle n'eut aucun problème. Toutefois, elle fut obligée par le professeur de se mettre debout et de lire à voix haute un texte a priori court, mais qu'elle trouva, elle, très long... À dix heures, elle avait une permanence et voulut se réfugier à la bibliothèque pour avoir un tantinet plus de calme que dans sa classe. Ramassant quelques-unes de ses affaires, elle prit son sac et fila à la bibliothèque.

Arrivée devant celle-ci, April ouvrit la porte et vit que la salle désertée d'habitude, était remplie à craquer. À la vue d'un professeur discuter avec ses élèves, elle comprit qu'il avait emmené sa classe pour étudier. Quelle mauvaise idée il a eu... Soupirant, April déposa son sac à dos à l'entrée tout en extirpant son cahier et sa trousse, puis salua respectueusement la bibliothécaire. Celle-ci lui sourit et comprit d'un seul regard son désarroi à voir la salle aussi bondée. Cherchant une place dans cet amas d'élèves, le professeur qui dirigeait la classe lui fit remarquer qu'il y avait encore une place devant le professeur placé au fond de la salle. Apparemment il corrigeait des copies. April le remercia et marcha en direction de la table. En s'approchant, elle reconnut le professeur d'histoire qui enseignait dans sa classe. Elle dissimula sa légère grimace. Elle n'avait rien contre lui ! Il était vraiment sympa comme enseignant, un enseignant d'origine étrangère par ailleurs. Mais l'histoire n'était pas une matière qu'elle appréciait. Encore plus depuis qu'elle avait du mal à se souvenir de choses telles que les dates... Elle s'assit silencieusement devant lui et poursuivit ses quelques lignes écrites dans son cahier dans la matinée. Soudainement, elle remarqua sur son bras droit qu'elle avait perdu un bracelet, l'un des deux que lui avait offert sa petite soeur June... ou bien c'était October. Elle ne se souvenait plus de qui lui avait donné le bracelet placé à droite, mais peu importe, elle vérifierait plus tard. Elle se leva précipitamment et regarda consciencieusement par terre. Vérifiant jusqu'à l'entrée, elle ne trouva pas ledit bracelet et s'apprêtait à sortir de la salle pour chercher plus loin, quand brusquement quelqu'un l'appela. C'était le professeur d'histoire. —Note à elle-même, écrire le nom et prénom de ses professeurs pour la prochaine fois.— Il lui tendit son cahier rouge tout en lui disant qu'elle l'avait oublié sur la table.

« Tu écris bien, pour ton âge. » ajouta-t-il.

Abasourdie, April lui reprit le cahier des mains sans pour autant le lui arracher. Elle avait réussi à contenir sa peur.

« Merci. Excusez-moi, mais vous l'avez lu ? » demanda-t-elle, un peu inquiète.

Elle le regarda droit dans les yeux espérant qu'il n'avait pas lu quelque chose qu'il aurait pu découvrir sur elle. Comme son amnésie, par exemple. C'était pas comme si elle voulait le cacher à tout prix, mais elle préférait avouer son amnésie elle-même plutôt que de voir quelqu'un lire son journal personnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fabian Melinski


Messages : 184
Masculin Année d'étude : Prof.
Date d'inscription : 03/05/2009
ÂGE : 22
Topics : ON


+
Relations:
MessageSujet: Re: Un mauvais choix ? [PV April H. Rosenwald]   Dim 5 Sep - 19:07

April cherchait quelque chose. Son cahier peut-être ? Fabian n'en savait rien, mais c'était une possibilité. Il n'avait pas vraiment fait attention à ce que faisait l'élève pendant qu'il tapait ses cours. Il lui avait rendu son cahier. Il pensait s'arrêter là, ne rien dire. Seulement lui restituer son bien. Cependant il n'avait pas pu retenir ses paroles. Les mots étaient sortis tout seuls de sa bouche. Incontrôlables. Il lui avait fait comprendre qu'il l'avait lu. Et maintenant, il ne savait pas comment appréhender la suite. Quand même, il y avait dans ce cahier des écrits très personnels. Une histoire d'accident de moto, une histoire qui expliquerait peut-être l'impression de bizarrerie qu'il aurait eu lors de sa première rencontre avec la jeune femme, en classe. Jusqu'alors, il se disait que ce n'était peut-être que son imagination qui lui jouait des tours, et que l'étudiante n'avait strictement rien d'étrange. Pourtant ce texte expliquerait tout. Après tout, des élèves qui avaient un passé marquant, il y en avait déjà eu plusieurs, dans cet établissement ; il s'en souvenait de certains qu'il avait découvert alors qu'il venait juste de débarquer au Japon. Ceux avec qui il avait eu une discussion plus approfondie avaient réagi plus ou moins différemment. Mais elle, comment allait-elle prendre cette intrusion dans sa vie privée ?

« Merci. Excusez-moi, mais vous l'avez lu ? »

Elle avait l'air plutôt inquiète. Sans doute avait-elle déjà compris que Fabian avait ouvert et lu son cahier. Peut-être posait-elle cette question comme en un dernier recours, une dernière chance. Lui, pouvait tout simplement mentir et revenir sur ses propos, dire qu'il n'avait rien lu du tout. Mais c'était totalement fantaisiste, purement insensé. Elle s'en douterait bien qu'il racontait n'importe quoi. Et puis il ne savait pas mentir. Il avait toujours été franc et n'avait jamais caché ne serait-ce que le fond de ses pensées ; ce n'était pas aujourd'hui que son tempérament allait changer. Il n'avait pas le choix.

Le prof d'histoire était mal à l'aise. Il aurait voulu quitter la pièce sans rien dire, prétextant que ça avait déjà sonné, et qu'il allait être en retard à son cours. C'était vrai, mais ce n'était pas une bonne excuse. Au lieu de cela, il resta sur place et son teint prit une couleur rougeâtre. Il passa nerveusement sa main dans ses cheveux blonds. Il baissa les yeux comme s'il se lançait dans la contemplation de ses nouvelles chaussures de skate. Fabian ne savait pas comment annoncer son méfait. Sa position était étrange ; on aurait pu penser qu'il n'était autre qu'un élève qui se repentissait d'avoir perturbé un cours. Il prit son courage à deux mains, triturant le col de sa chemise qui lui donnait la sensation d'étouffer.

— Oui... Et c'est très bien écrit,
insista-t-il.

Fabian se rendait bien compte que c'était complètement stupide d'insister sur le style d'écriture du texte, au lieu de s'excuser de son délit, mais il racontait vraiment n'importe quoi quand il était gêné à ce point ; ça se ressentait bien. La crainte d'être en retard pour le cours suivant n'était rien comparée au malaise qui avait pris possession de son être. Il détourna le regard, trop embarrassé pour affronter le regard d'April. Il croisa celui de la bibliothécaire qui semblait interloquée de la scène qui se déroulait sous ses yeux, puis il aperçu le Soleil qui régnait dehors ; cette vision fut comme une délivrance, mais ne dura qu'un instant. Son regard se perdit dans le vague, le professeur ne savait plus comment démêler les nœuds de ses pensées.

— Désolé, lâcha-t-il enfin dans un vague soupir.

Il voulait continuer, mais ne savait plus quel fil tirer ni par quoi commencer. Le trouble était toujours là, l'empêchant de s'en sortir convenablement. De toute manière, il ne pourrait plus revenir en arrière, c'était trop tard. Il avait lu, il ne pouvait plus rebrousser chemin. Le professeur d'histoire n'avait plus le choix.

— C'est pas très gai, ce qui t'es arrivé. Je suis désolé... poursuivit-il.

Après tout, comment un accident de moto et une année passée dans le coma perdu dans le silence, encerclé par les murs blancs d'un hôpital triste, pouvaient-ils être gai. C'était stupide. Mais il fallait bien rompre ce silence trop pesant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un mauvais choix ? [PV April H. Rosenwald]   Dim 5 Sep - 20:11

April le fixait aussi intensément que possible pour y déceler quelque chose... n'importe quoi dans les yeux du professeur. De la pitié ? Non, mais un certain malaise voilait son regard. Elle triturait le bout de sa manche discrètement, mais qui lui faisait comprendre qu'elle était en partie tout aussi mal à l'aise que lui. Il l'avait lu. Elle en était sûre. Un professeur en plus ! Il allait lui poser toutes sortes de questions embarrassantes. Tous les enseignants le font quand un élève n'est pas dans son assiette. C'était la raison pour laquelle la jeune fille ne parlait jamais de rien avec les professeurs... Ne baissant pas son regard, April le dévisageait et remarqua les mêmes cheveux blonds qu'elle arborait elle-même, ses yeux étaient plus clairs que les siens et son teint s'était soudainement mis à rougir. Elle avait raison, il était bien embêté d'avoir gaffé et de lui avoir révélé qu'il avait bien lu certaines parties de son cahier. En réponse à la réflexion intérieure d'April, le professeur dériva son regard du sien pour se plonger vers là où elle ne se tenait pas, tout en se passant la main dans les cheveux a priori troublé.

La sonnerie était déjà passée. April avait sport, mais elle en était dispensée à cause de ses jambes. Peut-être devrait-elle laisser le professeur partir et ne plus en parler ? Lui faire promettre qu'il ne dira rien même par inadvertance. April ne cessait de l'observer. Elle ne détournait jamais son regard de la personne lorsqu'elle parlait avec elle. On pouvait trouver ça gênant, mais pas pour elle, elle avait besoin de faire ça. Elle devait examiner et infiltrer tout ce dont elle savait sur la personne pour pouvoir se la remémorer plus efficacement. Le voyant se triturer le col de sa chemise nerveusement, elle comprit qu'il allait lui répondre.

« Oui... Et c'est très bien écrit, insista-t-il. »

Sa réponse avait été hésitante. April sourit légèrement, appréciant le compliment tout de même et baissa la tête un peu en avant sans détourner son regard pour signifier qu'elle le remerciait. Elle attendit la suite. Elle serra son cahier contre elle, prête à recevoir les phrases que les gens sortaient typiquement dans son cas. Mais au lieu de ça, le professeur détourna une fois de plus son regard du sien. Un peu étonnée, elle regarda dans la même direction que le professeur et croisa le regard de la bibliothécaire. April lui fit un petit sourire qu'elle lui rendit puis, celle-ci se replongea dans sa lecture se demandant sûrement ce qu'ils étaient en train de faire. April, quant à elle, dévia ses yeux vers le professeur qui lâcha enfin dans un vague soupir ennuyé :

« Désolé. »

Se détendant un peu, April appréciait qu'il n'ait pas menti ou esquivé le fait qu'il l'avait lu. Un peu sans gêne par contre de l'avoir quand même fait. Enfin bon, comme elle se l'était dit, elle ne voulait pas vivre caché de tout. Ses problèmes passés également.

« C'est pas très gai, ce qui t'es arrivé. Je suis désolé... poursuivit-il.

Ça va aller. Ne vous en faites pas, lui répondit-elle doucement, j'admets que la couverture de ce cahier pourrait convaincre n'importe qui de l'ouvrir. »

April avait voulu ajouter une petite note d'humour pour apaiser la tension de mal à l'aise qui régnait entre eux. Pas sûr que ça ait marché. Enfin, peu importe, s'il devait lui poser des questions, elle n'y répondrait que vaguement ou même, pas sûre qu'elle en avait vraiment envie maintenant. Et puis, c'était quoi déjà le nom du professeur ? Elle ne lui avait pas encore demandé. Paraîtrait-elle impolie de ne même pas connaître le nom de son professeur ? Certainement. Attendez, et si lui ne se souvenait pas d'elle ? Il y avait beaucoup d'élèves d'origines étrangères dans ce lycée. C'était toujours probable. Baissant ses yeux un instant, elle les reposa sur le professeur pour lui demander la question essentielle qui lui taraudait l'esprit :

« Vous avez lu mon cahier jusqu'à quel point ? »

Elle voulait savoir ce que lui avait lu et s'il avait mal compris certaines choses écrites dans ce cahier. Peut-être n'avait-il pas deviné grand chose, mis à part l'accident de moto et le coma écrits en toutes lettres, il n'avait rien pu découvrir d'autres ? Non, bien sûr, April n'avait pas écrit en grosses lettres : JE SUIS AMNÉSIQUE !



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fabian Melinski


Messages : 184
Masculin Année d'étude : Prof.
Date d'inscription : 03/05/2009
ÂGE : 22
Topics : ON


+
Relations:
MessageSujet: Re: Un mauvais choix ? [PV April H. Rosenwald]   Jeu 9 Sep - 17:48

L'atmosphère semblait s'être légèrement détendue. Mais sous ces faux airs de calme, Fabian était toujours tendu. Il se doutait bien que ses vagues excuses ne suffirait pas à se faire pardonner. Ce genre d'intrusions dans la vie privée — qu'elles soient volontaires ou non — n'était pas le genre de choses qu'il oubliait vite, et il pensait qu'il en était de même pour April. À sa place, il aurait cependant eu une réaction un peu plus violente... Plus il tentait de se mettre à la place de l'étudiante, plus il se sentait mal à l'aise vis à vis d'elle. Cependant, les grands discours d'excuses n'étaient pas son fort.

— Ça va aller. Ne vous en faites pas,
lui répondit-elle doucement, j'admets que la couverture de ce cahier pourrait convaincre n'importe qui de l'ouvrir. »

Elle tentait l'humour pour apaiser l'ambiance. Mais pour une fois, cela ne fit pas vraiment d'effet sur Fabian pourtant très sensible à se genre de comique. Le prof d'histoire se concentra avant de fournir un sourire remarquablement forcé. Il était d'ailleurs trop stressé pour dire quelque chose d'autre qu'un horrible bégaiement totalement insensé ; il évita cependant de faire une démonstration de ridicule, ce n'était pas vraiment le moment approprié.

Il acquiesça encore bêtement de la tête, comme s'il pouvait croire que tout allait bien et qu'il n'avait pas à s'en faire. Ces paroles qui se voulaient rassurantes ne l'étaient pas du tout aux yeux de Fabian. Il n'y croyait pas une seconde, et justement, il se faisait du soucis pour la suite. Il aurait préféré découvrir ce qu'il avait lu autrement. Un mot en salle des profs, une information donnée par l'administration, des bruits de couloirs, tout, mais pas comme ça. Pas en ouvrant un cahier qu'il aurait dû se contenter de restituer à sa propriétaire.

« Vous avez lu mon cahier jusqu'à quel point ? »

Au lieu de s'énerver, elle continuait de parler avec une voix plutôt posée qui stressait encore davantage Fabian. Ce n'était pas une réaction normale. C'était presque trop mature pour une élève. Après tout, peut-être aurait-il pu le comprendre, s'il lui avait davantage connue en cours. Au lieu de ça, il jugeait le moindre détail qui le rendait de plus en plus mal à l'aise. Il respira bruyamment, et se concentra un moment, avant de reprendre la parole.

— C'est à dire que... Euh... La moto, et euh... l'accident... Puis aussi le coma... Et... comment dire... Euh... enfin... ce qui a suivi... Tu sais... Enfin... Je... Tu... bredouilla-t-il

Il marqua une pause, le temps de reprendre ses esprits, de formuler correctement sa phrase dans sa tête. Fabian ne savait pas vraiment comment aborder la chose. Ca devait avoir été un événement marquant dans la vie de la jeune femme, il ne pouvait pas mettre les pieds dans le plat, tout dire directement, alors qu'il n'aurait même pas dû le savoir. Il baissa d'un ton, comme pour ne pas se faire entendre par les autres élèves qui arrivaient.

— Tu... enfin, tu es amnésique, n'est-ce pas ? Je... je ne suis pas sûr de l'avoir bien compris... chuchota-t-il.

Il ne voulait pas lui rappeler de mauvais souvenirs, mais il n'avait pas le choix. Elle lui avait demandé, il répondait bêtement. Mieux valait qu'elle le sache déjà. Il ne pouvait de toute manière plus le cacher, ça l'aurait rendu encore davantage mal à l'aise. Au moins, il aurait avoué, il n'avait plus rien sur la conscience, maintenant. Elle savait tout. Il poursuivit un instant plus tard.

— Tu sais, si un jour tu rencontres un problème à cause de... hésita-t-il, à cause de ça, tu peux venir m'en parler. Maintenant que je le sais, de toute façon... Enfin, si tu en ressens le besoin, je veux dire.

Son côté serviable ne pouvait l'empêcher de proposer son aide. Comme si ça allait l'aider à se faire pardonner...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un mauvais choix ? [PV April H. Rosenwald]   Sam 11 Sep - 15:29

April avait déjà entendu dire que la "April" d'avant était bien plus expressive dans sa gestuelle, dans sa manière de parler et dans son tempérament plus fougueux. Pourtant, la April d'aujourd'hui ne se retrouvait pas dans cette description. Elle aurait dû avoir le sentiment d'avoir été percé à jour par ce professeur, d'avoir été violé dans son intimité. Pourtant, elle ne ressentait rien de cela, rien que de la lassitude et du soulagement. Soulagement ? Peut-être l'était-elle parce qu'elle avait le sentiment de ne plus se cacher, de ne pas se voiler la face... Elle ne serait plus celle qu'elle était, même si elle s'efforçait à noter tout ce dont elle se souvenait à peine dans ce cahier. Même si elle retrouvait la mémoire. Ni Akira ni ses parents n'allaient aimer sa façon de penser, mais April était sûre de pouvoir les convaincre que tout irait bien et que même si elle avait changé, elle serait toujours leur April au fond. N'est-ce pas ?

La jeune fille examina le professeur. Il n'avait pas l'air très à l'aise et son sourire forcé ne l'avait pas induit en erreur. Elle soupira, un peu embêtée. Bon, sa remarque humoristique n'avait effectivement pas fonctionné vu la façon dont ses yeux le trahissaient. Elle ressentait tout le stress de cet homme désarçonné par elle-ne-savait-quoi. Ah si, bien sûr. Le journal intime. Elle voudrait bien le rassurer, mais ne réagirait-elle pas étrangement ? Alors qu'il avait lu tellement de choses personnelles à son égard. Ne serait-ce pas anormal de réagir comme elle le fait ? Ne pas s'énerver s'entend. Mais, elle n'en trouvait pas la volonté. Et ça sonnerait faux dans sa bouche de hausser la voix, pensait-elle.

« C'est à dire que... Euh... La moto, et euh... l'accident... Puis aussi le coma... Et... comment dire... Euh... enfin... ce qui a suivi... Tu sais... Enfin... Je... Tu... » bredouilla-t-il, hésitant.

Sa réponse confirmait tout. Comment se faisait-il qu'il avait eu le culot de lire plus d'une page ?! D'accord, elle commençait à saisir l'angoisse du professeur. Il avait lu plus qu'il n'aurait dû et ne trouvait pas comment l'expliquer à April. La curiosité pouvait amener les gens à faire tellement de choses insensées. Elle ne répondit pas. Que devait-elle répliquer à ça ? Il savait maintenant. Elle espérait juste qu'il n'allait pas rapporter ces propos à personne, à ses collègues ou à n'importe qui même ! Elle n'avait pas besoin que tout le monde le sache. Devenir le centre d'attraction du moment ne lui plairait pas du tout.

« Tu... enfin, tu es amnésique, n'est-ce pas ? Je... je ne suis pas sûr de l'avoir bien compris... » chuchota-t-il, attestant ainsi qu'il avait deviné. Il était assez perspicace le professeur. Elle soupira doucement une fois de plus, lasse. Elle n'allait ni affirmé, ni contesté ses dires. Il fera ce qu'il voudra de ses soupçons, mais que ça reste dans sa tête.

Il l'avait presque murmuré cette phrase d'ailleurs. Elle regarda autour d'elle. Il n'y avait presque plus personne dans cette bibliothèque, mis à part la bibliothécaire. April décida de les éloigner des oreilles indiscrètes. Elle posa sa main sur le bras gauche du professeur et l'entraîna hors de la bibliothèque, un peu plus loin de l'entrée. Puis, elle s'écarta de lui prenant le temps de ranger son cahier dans son sac et se tint contre un mur.

« Tu sais, si un jour tu rencontres un problème à cause de... hésita-t-il, à cause de ça, tu peux venir m'en parler. Maintenant que je le sais, de toute façon... Enfin, si tu en ressens le besoin, je veux dire. »

Piquée sur le vif, April le regarda droit dans les yeux, un peu irritée il fallait le dire, mais sa voix restait placide à chaque mot qu'elle prononçait.

« Écoutez, je vous remercie de votre gentillesse... »

April marqua une pause, puis reprit, l'air décidé.

« Mais, je n'ai pas besoin de votre aide concernant mon amnésie, articula-t-elle le dernier mot pour lui faire savoir qu'elle n'avait pas honte de ce qu'elle endurait. J'arriverai à me débrouiller toute seule comme une grande fille et si un jour, j'aurai besoin de votre aide, ça ne devrait toucher qu'avec les études. »

Elle avait perçu le ton ferme qu'elle avait pris et qui n'était pas très approprié envers un professeur au Japon, alors tout en lui disant ce qu'elle pensait, elle inclina légèrement sa tête en signe de respect envers un plus âgé. Puis, elle releva la tête changeant son expression ferme et décidé par celui d'un visage un peu gêné.

« Et euh... Monsieur ? Excusez-moi, mais votre nom m'échappe encore... » demanda-t-elle un sourire confus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fabian Melinski


Messages : 184
Masculin Année d'étude : Prof.
Date d'inscription : 03/05/2009
ÂGE : 22
Topics : ON


+
Relations:
MessageSujet: Re: Un mauvais choix ? [PV April H. Rosenwald]   Dim 19 Sep - 11:27

[Désolée, je poste peut-être un peu en retard, mais cette semaine, j'ai enchainé les problèmes de lignes téléphoniques & internet et la venue de ma correspondante allemande...]

Fabian ne put que se laisser faire quand April lui empoigna le bras et le tira énergiquement hors de la pièce, loin des oreilles de la bibliothécaire. Il comprenait bien qu'elle préféra que personne n'entende la suite, mais il aurait pensé que les couloirs étaient davantage occupés que la bibliothèque. Quelle ne fut pas sa stupeur quand il découvrit que l'entrée du bâtiment était particulièrement vide. Là, c'était sûr, il était vraiment très en retard. Si ça se trouvait, ses élèves avaient même déjà arrêté de l'attendre depuis un bon moment. Tant pis, il ne pouvait pas profiter de l'occasion pour s'enfuir bêtement à travers tout l'établissement. Une telle réaction ne lui donnerait qu'un air stupide et lâche. Entre temps, April avait déjà rangé son cahier dans son sac, et se tenait le dos contre un mur, l'air pensive.

Quand Fabian lui proposa son aide, elle prit un air ferme, presque vexé. À ce moment là, le professeur ce sentit encore davantage gêné qu'il l'avait été quand il avait dû lui révélé qu'il avait lu son cahier. En effet, l'allemand était plutôt serviable, et réfléchissait peu aux réactions que pouvaient avoir les autres, quand il essayait de les aider. En l'occurrence, ici, il n'avait pas du tout envisagé cette situation. Sans doute avait-il oublié un instant que les adolescents voulaient toujours se débrouiller seuls et surtout ne jamais avoir recours à l'aide d'un de leurs professeurs. Il baissa les yeux quand la jeune femme prit la parole.

« Écoutez, je vous remercie de votre gentillesse... » commença-t-elle, avant de reprendre plus fermement, cette fois « Mais, je n'ai pas besoin de votre aide concernant mon amnésie. J'arriverai à me débrouiller toute seule comme une grande fille et si un jour, j'aurai besoin de votre aide, ça ne devrait toucher qu'avec les études. »

Dès qu'il avait vu son air strict, il avait deviné qu'elle déclinerait son aide. Fabian avait connu d'autres élèves comme cela, seulement, à chaque fois, il ne pouvait s'empêcher de proposer son aide. Il baissa les yeux, et s'excusa doucement. Il n'avait pas voulu la toucher à ce point. Maintenant qu'ils en étaient là, le professeur imaginait bien qu'il ne devrait pas divulguer ce secret dans la salle des profs, quand bien même cela pourrait aider certains profs à comprendre davantage leurs élèves et à ne pas laisser échapper sans le vouloir de remarques mal placées... Tant pis, il se réduirait au silence. Il lui devait bien ça.

— Ok, ok... Bon, j'imagine que maintenant, tu voudras au moins que je me taise et que je ne dise rien à mes collègues... lâcha-t-il néanmoins toujours un peu gêné. Dans ce cas, ne t'en fais pas, je ne dirais rien.

Une vague de soulagement traversa Fabian quand April transforma son air trop ferme en un sourire un peu gêné. Elle ne pouvait sans doute pas imaginer combien son air strict mettait le professeur mal à l'aise — déjà que sa situation n'était pas des meilleures. Ce faible sourire détendait légèrement l'atmosphère. Comme pour l'encourager, il adopta à son tour un petit sourire, encore un peu gêné.

« Et euh... Monsieur ? Excusez-moi, mais votre nom m'échappe encore... » demanda-t-elle, confuse.

Il sourit davantage, et laissa échapper un petit rire qui ne se voulait pas moqueur mais sympathique.

— Monsieur Melinski
, répondit-il simplement. Mais peut-être devrais-tu retourner en cours, maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un mauvais choix ? [PV April H. Rosenwald]   

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat RPG :: Bibliothèque-