AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 

 «Rencontre plutôt...Fruitée» [Pv Kimi Sâto & Meilyn O'Ceann]

avatar
Kimi Sâto


Messages : 15
Féminin Année d'étude : 15 ans:Cinquième année.
Date d'inscription : 15/08/2010
ÂGE : 22
Topics : ON
I'M : a pure otaku ^w^


+
Relations:
MessageSujet: «Rencontre plutôt...Fruitée» [Pv Kimi Sâto & Meilyn O'Ceann]   Jeu 19 Aoû - 14:46

«Rencontre plutôt...Fruitée»

    Kimi n'en pouvait plus, elle voulait prendre le large, s'évader. Elle n'avait pas encore d'amis, et passait donc tout son temps libre à rêvasser. Elle allait se lever pour aller chercher un livre lorsqu'elle entendit par la mince cloison qu'était le mur, un jeune élève qui discutait:
    -«Tu as entendu parler de l'élève qui s'est fait pincer lorsqu'il à voulu se rendre sur le toit?Il devrait pourtant le savoir que c'est un lieu interdit aux élèves!»

    Kimi ne voulait pas en savoir plus. Sa curiosité était déjà suffisamment attisé. Elle se prépara à partir, revêtant ses habits préféré, espérant ne pas trop se faire remarquer malgré son apparence plutôt...Étrange sur le coup. Elle se mit en route, ne sachant pas trop où était l'endroit qu'elle recherchait, regardant de droite à gauche pour apercevoir un panneau «défense d'entrer». Mais rien, pas la moindre pancarte, pas le moindre signalement. Elle ne chercha pas plus loin et entra dans le premier bâtiment qu'elle vit, monta les marches et se retrouva sur un minuscule toit.

    -«Ce ne doit pas être ça...»pensa-t-elle.

    Elle regarda aux alentours, et remarqua un toit...Différent des autres. Il n'y avait personne au alentours, et quelqu'un surveillait à une dizaine de mètres de là. Mince, comment elle pourrait rentrer si il y avait un garde... Elle estima rapidement la distance entre le toit où elle se trouvait et le toit voisin. Environ un mètre. Elle n'était pas championne en saut, mais ça devrait aller. Elle se mit à sauter de toit en toit, jusqu'au moment où elle se retrouva bloquée, à quelques dizaines de mètres du toit défendu.

    «Zut de zut, ce n'est pas aujourd'hui que je vais y aller...Par dessus tout, je commence à avoir faim.»

    Kimi sorti alors un petit sachet de sa poche et commença à manger son contenu, qui se trouvait être rouge est très fruité. Après avoir mangé un morceau, elle descendit du toit par ce qui semblait être un escalier de secours, et courut le plus vite possible se mettre hors de vue du gardien, mais assez proche du toit comme même. Elle n'allait tout de même pas abandonnée comme ça!

    Elle n'attendit pas plus longtemps, et couru à toute vitesse vers la petite porte menant au toit. Elle s'arrête contre le mur, espérant que le gardien ne l'avait pas surpris, mais rien ne vint, le garde ne l'avait pas vu. Elle pouvait à présent y aller. Elle monta les escaliers, et atterri sur un toit, surplombé de ce qui semblait être un local de rangement. Tant mieux, comme cela le garde ne pourrait pas la voir si elle se mettait du bon côté.

    Elle s'assit, et commença à observer les alentours.

    Elle resta assise comme cela plusieurs minutes, quand un bruit dans l'escalier se fit entendre. Elle se colla contre le mur du local, espérant que ce n'était pas le gardien qu'il l'avait surpris.


Dernière édition par Kimi Sâto le Jeu 26 Aoû - 19:22, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://little-sorcerer.forumactif.org/
avatar
Meilyn O'Ceann


Messages : 740
Féminin Année d'étude : Cinquième ♪
Date d'inscription : 22/08/2008
ÂGE : 22
Topics : [OFF]
I'M : Bright Red Garden ★


+
Relations:
MessageSujet: Re: «Rencontre plutôt...Fruitée» [Pv Kimi Sâto & Meilyn O'Ceann]   Sam 21 Aoû - 23:33

    « Le temps d'apprendre à vivre, il est déjà trop tard »
    Louis Aragon


    Règlement. Le texte que les parents et l’élève doivent signer, avec un ‘lu et approuvé’, simplement pour faire joli. Car le règlement, presque personne ne le lit, dans toutes les écoles, c’est un peu près le même. Des pages et des pages, remplies par des lettres toutes petites. En le signant, on s’engage à le respecter. Il nous indique les heures de cours, le couvre-feu, les conséquences en cas d’entorse au règlement, enfin, que des règles qu’il faut respecter. Les règles imposent une limite à notre liberté, les règles sont là pour être respectées. Mais au fond, à quoi elles servent, si on ne les viole pas ? Si on s’engage réellement à les respecter, rester sage comme une image, on aura une vie monotone. Alors autant tenter une infraction au moins une fois dans sa scolarité.

    Et pour se faire, Meilyn lisait le règlement, afin de jauger chaque infraction qu’elle pourrait commettre, et tout cela, rien que pour s’occuper. Il y en avait énormément, elles étaient toutes assez graves, nécessitant parfois même un conseil de discipline, ce qui serait très problématique pour elle. D’autres qui sont totalement dépourvues d’intérêt comme s’habiller de façon non convenable, inhaler de la drogue, utiliser la violence contre ses propres camarades… Puis qui accepterait qu’une petite fille frêle comme elle est commence à le frapper, juste parce qu’elle n’a rien d’autre à faire ? Ah tiens. Des endroits interdits. S’ils sont interdits aux élèves, c’est qu’on n’a pas le droit d’y entrer, ce qui signifie que c’est dangereux, ou alors des secrets y sont dissimulés. Ce que c’est bête de nous signaler l’interdiction. Lorsque nous, élèves complètement délurés en sommes conscients, une envie inébranlable nous envahit. Une envie d’aller visiter ces lieux « interdits ». Et ce fut le cas pour Meilyn, lorsqu’elle lut le paragraphe concernant ces lieux. D’ailleurs, cette aventure pourrait fortement l’aider pour ses futures peintures. Une peinture est faite à partir d’un sentiment éprouvé par le peintre, c’est ce qui rend cette œuvre unique.
    Et sur cette pensée, la demoiselle partit à la recherche du grenier. Parce que c’est le lieu qui est le plus susceptible de cacher des secrets, de lui offrir une poignée d’inspiration. Elle marcha, marcha, marcha. Comme une nomade sans boussole, elle marchait, en demandant de temps en temps la direction. La jeune fille en fut arrivée devant des escaliers qui menaient à une porte, en haut. Et cette porte devait s’ouvrir au grenier. Personne pour surveiller ? Etrange. Peut-être que le surveillant chargé de cette corvée est allé prendre sa petite pause café ou l’appel de dame nature l’a interrompu dans son travail. Plus concrètement, il est possible qu’il soit allé aux toilettes.

    Meilyn enjamba alors les marches, rapidement, de peur que le gardien ne revienne et la surprenne, s’il y en avait un, évidemment. Arrivée devant la porte, le rythme des battements de son cœur avait augmenté. Elle s’apprêtait à ouvrir une porte interdite, comme dans les films. Et si un cadavre était accroché juste devant, et si des oiseaux ont parvenu à s’incruster à l’intérieur de ce grenier, qu’ils l’attaquaient, comment allait-elle fuir ? Une jambe sur la marche juste en bas, elle se prépara à courir à la moindre surprise. D’un mouvement lent et hésitant, elle tourna la poignée, la porte grinça, mais s’ouvrit sans trop de mal. La jeune fille s’attendait à une obscurité étouffante, mais une lumière éblouissante envahit ses yeux. Le temps qu’elle reprenne ses esprits, elle avait inconsciemment pénétré dans ce ‘sanctuaire’, en prenant soin de fermer la porte derrière.
    Raté. Ce n’était pas le grenier, mais le toit. Bravo. Elle avança de quelques pas, afin d’évaluer le terrain, trouver une issue à son problème. La vue était dégagée, c’était magnifique. On voyait une partie de la ville, des petites fourmis marcher par-ci par là, des individus de tous genres. D’autres bâtiments entouraient ce toit, mais c’était bien trop dangereux de sauter de toit en toit, comme dans les jeux vidéo où les personnages se sont spécialement entraînés pour accomplir ce genre de cascade, où l’environnement est spécialement construit pour grimper sur les murs et courir sur ces toits qui sont, étrangement, tous plats. Meilyn se retourna, afin d’observer l’autre côté du toit, et en même temps, vérifier ses arrières.
    Cependant la surprise fut énorme. A peine s’était-elle tournée, qu’elle vit une super-héroïne planquée contre le mur, derrière la porte. Que pouvait-on trouver dans un lieu interdit dites-moi ? Des chances infimes de rencontrer quelqu’un. Et aujourd’hui, Meilyn croisa quelqu’un. Qui plus est, ce quelqu’un n’est pas n’importe qui. Je rêve, une héroïne. Je m’approche de la rencontre d’un alien. La jeune fille n’avait rien contre son accoutrement, enfin si, un petit quelque chose, mais rien de très méchant. Elle se retint difficilement de rire, mais y parvint. Elle s’apprêtait à rire, non pas de son costume, mais de sa propre situation. Coincée sur un toit, en compagnie d’un énergumène. Elle est mal placée pour parler d’énergumène, mais croiser quelqu’un de totalement différent était un de ses profonds désirs.

    « Trouver un spiderman aurait été plus credible qu’une super-héroïne à l’affût de je-ne-sais-quoi »

    Afin de témoigner d’une touche d’humour, un sourire franc se dessina sur ses lèvres pulpeuses. C’était mignon comme tout, tout de même. L’individu en face d’elle était blonde. Planquée de cette manière, c’était sûrement pour une raison. Sans gêne ni quoi que ce soit, Meilyn s’en approcha, doucement. Elle se baissa légèrement, non pour lui faire quelque chose mais pour piquer le contenu de son sachet. Pourquoi ? Parce qu’elle n’avait jamais vu de la nourriture pareille, elle voulait goûter, c’est tout. Puis mademoiselle ne serait pas aussi égoïste pour lui en vouloir rien que pour ça, n’est-ce-pas ? Le goût était… Comment dire… Fruité, sucré.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kimi Sâto


Messages : 15
Féminin Année d'étude : 15 ans:Cinquième année.
Date d'inscription : 15/08/2010
ÂGE : 22
Topics : ON
I'M : a pure otaku ^w^


+
Relations:
MessageSujet: Re: «Rencontre plutôt...Fruitée» [Pv Kimi Sâto & Meilyn O'Ceann]   Jeu 26 Aoû - 19:23

    Kimi se tenait toujours collé au paroi du mur. Elle avait peur, mais prenait comme même le temps d'observer le paysage en face d'elle. C'était si beau...Auparavant, elle n'avait jamais eu l'occasion de contempler une si belle vue, et de plus, toute seule. C'était paradisiaque, enfin, sans compte les bruits de pas dans l'escalier, il était régulier et assez rapide, résonnant à ses oreilles. Elle s'arrêta de respirer lorsqu'elle entendit la porte grincer, elle ne voulait pas montrer signe de sa présence au visiteur des lieux. Elle resta donc tapis, hors de vue de la personne, attendant la fin de ce suspens interminable à son goût.

    « Trouver un spiderman aurait été plus crédible qu’une super-héroïne à l’affût de je-ne-sais-quoi »

    Kimi ne bougea pas. Elle aurai juré que le gardien de tout à l'heure était un homme, mais la douce voix qui s'adressait à elle était une voix féminine. Elle tourna légèrement la tête et fixa l'inconnu de ses yeux à demi-ouvert, comme si elle cherchait à savoir ce qui clochait chez elle. Un instant, Kimi pensa que la jeune fille en face d'elle se moquait d'elle, ou plutôt de sa tenue. «Une super-héroïne à l'affut de je-ne-sais-quoi»; si elle voulait parler de sa tenue favorite, Kimi devait reconnaître qu'elle était un peu particulière pour sortir. Elle ne savait même pas si ce genre de tenue était autorisée dans l'enceinte de l'école.

    Elle allait lui faire remarquer sa phrase douteuse, lorsqu'elle remarqua que la jeune fille lui souriait. Kimi ne savait pas vraiment comment réagir dans ce genre de situation, alors elle ne dit rien, et se contenta de baisser légèrement la tête. Au bout de quelques secondes de silence, elle senti un léger mouvement près de sa main, elle leva les yeux, et vit la jeune fille en train de manger une de ces fraises. Elle avait l'air de ne jamais avoir gouté de ce fruit, et avait l'air de trouver ça très bon.

    Kimi la regarda faire, puis se mit en position accroupie, face à la jeune fille, puis tendit sa main pour prendre une fraise dans son petit paquet. Elle regarda mieux la jeune fille. Elle la trouvait très belle, avec ses longs cheveux noirs flottant légèrement au vent. Elle rougit légèrement et espéra ne pas paraître trop bizarre. Si ce n'était pas déjà bizarre.

    «Salut toi, moi c'est Kimi, enchantée.»

    Elle se sentait un peu perdue devant cette jeune fille. Elle la trouvait belle, certes, mais elle la trouvais intimidante.

    Elle lui tendit sa main, ne savant pas si elle la prendrait, mais au fond, ce ne serait pas vraiment très grave.
Revenir en haut Aller en bas
http://little-sorcerer.forumactif.org/
avatar
Meilyn O'Ceann


Messages : 740
Féminin Année d'étude : Cinquième ♪
Date d'inscription : 22/08/2008
ÂGE : 22
Topics : [OFF]
I'M : Bright Red Garden ★


+
Relations:
MessageSujet: Re: «Rencontre plutôt...Fruitée» [Pv Kimi Sâto & Meilyn O'Ceann]   Dim 26 Sep - 19:22

    « L’humour est la forme la plus saine de la lucidité »
    Jacques Brel
    La petite semblait déboussolée. Perdue dans un désert, dans le vide. Meilyn jouait le rôle de ce désert. Un désert dépourvu de crédibilité, parce qu’avant même de dire bonjour, de se présenter ou d’accomplir un quelconque geste de politesse, sa voix cristalline vient de proférer quelque chose qui pourrait être pris comme une insulte. Seulement, vive d’esprit, un sourire lumineux vint à sa rescousse, et ce sourire connota ces paroles d’une pointe d’humour. Tout ne fut pas vain, car cela a fonctionné, la petite assise devant la demoiselle ne la repoussa pas lorsqu’elle piqua une petite friandise dans ce sachet. Qui plus est, la petite lui a même tendu le sachet pour que Meilyn se resserve, quelle bonté d’âme, vraiment. Sans aucune gêne, la demoiselle y plongea sa main pour attraper une autre friandise, goût fruité : fraise, fruit rouge. Sous forme de friandise, je dirais que la fraise gagne, mais sous forme naturelle, la cerise est bien meilleure. La framboise est pas mal dans son genre non plus, juste un peu acide… et parfois « poilue ». Enfin soit, le débat entre les fruits rouges n’est pas ce qui nous intéresse. Mais pour l’instant, le nom de cette petite super-héroïne généreuse l’intéressait, aurait-elle un nom de super héroïne aussi ? Non. Kimi Sato. Simple, mais pas moins joli.

    « Meilyn O’Ceann. Dis-moi mon enfant, quel âge as-tu ? »

    Un grand sourire enjôleur apparut sur son visage, des yeux qui brillaient comme les boules accrochées au plafond lors des soirées disco, et pour couronner cette face effrayante, Meilyn venait de poser cette dernière question avec une voix plus masculine, étrange et qui laissait sous-entendre beaucoup de choses pas très rassurantes. Mais bien sûr, ce moment ne dura pas une éternité, son visage indifférent ne tarda pas à reprendre le dessus, lui redonnant cet air froid qu’elle possède. Ce n’était pas drôle de rire seule, alors la demoiselle reprenait son attitude habituelle envers les autres individus. Seulement, cette expression affichée ne l’empêche pas d’être elle-même, c’est-à-dire, complètement dérangée.
    Cette enfant semblait bien plus jeune que Meilyn. Son corps bien plus frêle que le sien, et sa taille, un peu plus petite tout de même. Le plus tranquillement du monde, elle s’assit à ses côtés, contre le mur aussi, recroquevillée sur elle-même, et là, elle ne bougea plus d’un cran, comme une statue. Qu’est-ce-qui lui prenait ? Pour mettre encore plus mal à l’aise la petite Kimi. Parce que la demoiselle savait pertinemment que cette enfant restait nerveuse, même en sa présence. Lors d’examens, Meilyn ne parvient jamais à se détendre, alors comment arriverait-elle à détendre quelqu’un d’autre qu’elle-même, à quoi bon essayer ? Rendre encore plus nerveuse ladite personne est bien plus attrayant que l’aider à se détendre, voilà son raisonnement totalement illogique, et... méchant. Comment rester tranquille avec une fille au visage pâle comme la mort à ses côtés, un regard aussi vide qu’un bocal de cornichon et pour couronner le tout, un silence coupé régulièrement par le bruit de ses mâchouillements ? Il n’y aurait qu’elle qui pourrait parvenir à accomplir un pareil exploit.

    « Pourquoi tu es venue ici ? Tu sais que c’est un lieu interdit ? Et que si jamais un surveillant monte les marches pour venir vérifier… »

    Elle se tut. Tournant machinalement sa tête vers la petite enfant, ses yeux écarquillés se déposant lentement sur son visage, c’est qu’elle jouait bien la comédie, Meilyn. En réalité, elle réfléchissait comment elle pourrait rendre la suite de sa phrase plus glauque, sinistre, monstrueux, comme dans les films d’horreur.

    « Tu entends ses pas monter, d’un rythme soutenu. La porte grince, il entre, balaye du regard la terrasse, mais ne te voit pas… Il se tourne vers toi, et là… BUAH ! »

    Buah ? Une tentative pour lui flanquer la frousse. A une totale inconnue ? Oui. Etrangement, la demoiselle parvenait à se lâcher en sa présence. Etait-ce parce que Kimi portait cette tenue farfelue qui pourrait, sans doute, refléter sa personnalité peu commune ? Et rien que cette originalité qu’elle voit permet à la jeune fille de se sentir plus libre en sa compagnie. C’était totalement ridicule, et pourtant, c’était le cas. Ce comportement lui amenait bien des risques, comme par exemple, Kimi pourrait prendre ses jambes à son cou et fuir le plus loin possible, pire : elle fait circuler des rumeurs au sein de l’établissement. Mais ce serait trop étonnant, voire impossible. Ou soyons plus optimiste, la fin la plus heureuse, comme dans les contes de fée, c’est que Meilyn ait vu juste : Kimi est à la « hauteur » de sa tenue, donc une ambiance plus légère et agréable pourrait s’installer.

    « En fait, pourquoi tu prends autant de risque, rien que pour voir ce ciel bleuté qu’on peut aisément observer à travers notre fenêtre ? »

    La demoiselle le lui demandait, mais elle avait fait la même chose. Enfin non, ce n’était pas pareil. Meilyn s’était trompée de porte. Elle était censée aller dans le grenier, un autre lieu interdit, et au lieu de ça, elle atterrît malencontreusement sur le toit, comme un oiseau tombé du ciel. Vous saviez que les oiseaux avaient une vie qu’on désignerait d’éphémère ? Chaque jour, on trouve un oiseau tombé raide mort de son nid ou du ciel, sur le sol. Comme si, en tentant de s’envoler ou en plein dans son vol, Dieu lui lâcha la main, coupa les liens qui reliaient son existence à son enveloppe charnelle. Si c’était vraiment le cas, alors l’oiseau en question ne se rendrait même pas compte qu’il est mort. Son esprit errerait encore dans les airs, il ne se sentirait que plus léger, dénué d’une carcasse de plumes.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: «Rencontre plutôt...Fruitée» [Pv Kimi Sâto & Meilyn O'Ceann]   

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat RPG :: Toits-